Cliquer ICI
pour postuler
à la NCP
00229.21.32.50.72 01 BP 8375 COTONOU 01 BP 8375 8H à 12H30 et 15H à 18H30
Fonds national de la recherche scientifique et de l'innovation technologique

 

Flash info:
Posté le: 11 septembre 2018

Depuis 2016, le FNRSIT finance le projet intitulé « Utilisation de biopesticides à base de champignons entomopathogènes dans la gestion des Lépidoptères ravageurs du cotonnier » retenu lors de son deuxième appel à projet et conduit par l’Ecole Normale Supérieure de Natitingou.

Le coton (Gossypium hirsutum L.) communément appelé «or blanc » est la principale culture d’exportation du Bénin. La promotion de cette culture est confrontée à diverses contraintes dont la forte pression des insectes ravageurs. La lutte contre ces ravageurs est assurée par l’application de produits chimiques de synthèse qui présentent des limites. En effet, plusieurs espèces de ravageurs sont devenues résistantes à divers produits. Il s’agit notamment de Helicoverpa armigera Hübner, Pectinophora gossypiella Saunders. Il devient impérieux de développer des méthodes alternatives à la lutte chimique pour gérer cette résistance. C’est dans ce cadre que le présent projet de 3 ans a été initié et a pour objectif général d’évaluer de manière participative la virulence et l’efficacité de Beauveria bassiana en vue de formuler un biopesticide applicable et commercialisable pour la protection du cotonnier. Il s’agit plus specifiquement d’identifier des isolats de B. bassiana efficace contre les lépidoptères ravageurs du cotonnier.

Dans l’exécution de ce projet , plusieurs activités ont été déjà menées au cours de la première année. Il s’agit de la collecte des spécimens de Helicoverpa armigera, Sylepta derogata, Diparopsis watersi et de Pectinophora gossypiella, de la production en masse de ces spécimens et la production en masse des isolats de B. bassiana. Ces activités ont abouti au conditionnement de 15 isolats qui sont virulents à H. armigera et S. derogata sur les 25 isolats produit. Des expérimentations sont en cours au laboratoire pour tester l’efficacité de ces isolats. Les isolats les plus virulents sont testés de façon participative en milieux semi-réel et réel pour identifier les isolats les plus efficaces. Ces derniers serviront pour la formulation d’un biopesticide pour la protection phytosanitaire du cotonnier au Bénin. Les déterminants pour l’adoption de ce biopesticide par les producteurs du coton sont identifiés afin de faciliter cette adoption pour une production durable au Bénin.

 
Posté le: 11 septembre 2018