Cliquer ICI
pour postuler
00229.21.32.50.72 01 BP 8375 COTONOU 01 BP 8375 8H à 12H30 et 15H à 18H30
Fonds national de la recherche scientifique et de l'innovation technologique

 

Flash info:
Appel à soumission de Projets Recherche & Développement : Energies Renouvelables ..//  Veuillez cliquer ici pour télécharger l'appel et postuler...
Posté le: 22 avril 2020
Les parents sauvages des plantes cultivées (PSPC) regroupent toutes les espèces de plantes retrouvées dans le même genre que les plantes cultivées. Ils peuvent jouer un rôle clé dans l’adaptation aux changements climatiques et assurer la sécurité alimentaire si leur rusticité au stress biotique et abiotique est transférée aux cultures. En effet, ils sont des réservoirs de gènes de résistance contre les maladies et les ravageurs, la tolérance au stress abiotique, d’augmentation du rendement et de la stérilité mâle surtout dans le contexte de changement du climat. Malheureusement il n’existe de nos jours aucune stratégie visant la gestion durable de ces espèces. Par ailleurs, aucun effort n’est aujourd’hui fait afin d’utiliser ces espèces pour améliorer les plantes cultivées. Cette étude se propose de :

(i) améliorer l’état de connaissance sur la distribution des parents sauvages de plantes cultivées;
(ii) évaluer l’impact des changements climatiques sur ces espèces;
(iii) tester la tolérance aux adventices du parent sauvage le plus prioritaire pour la conservation.

A cet effet, Le dispositif de l’inventaire éco-géographique a été mis en place afin de collecter le plus de données sur les espèces de parents sauvages des plantes cultivées identifiées au Bénin comme prioritaires. Les données d’occurrence ont été ensuite associées aux conditions environnementales dans le logiciel de modélisation afin de déterminer les habitats favorables aux espèces. Enfin, le manioc et son parent sauvage ont été soumis aux stress abiotique et biotique afin d’apprécier leur résistance face aux adversités du milieu.
L’étude éco-géoraphique réalisée sur les parents sauvages de plantes cultivées a permis d’identifier les conditions écologiques de chacune des espèces et leur distribution aussi à l’échelle du Bénin. Dans ces zones, ces espèces sont retrouvées dans des habitats divers et variés. L’analyse des cartes de distribution montre que les habitats favorables actuels des espèces de PSPC prioritaires pour la conservation diffèrent d’une espèce de PSPC prioritaire à une autre. Pa ailleurs le manioc et son parent sauvages ont différemment réagi en face de stress.
Il urge donc de réaliser expérimentation sous condition de serre afin de mieux apprécier le stress hydrique sur chacune des deux espèces. Ceci pourrait aider plus tard dans la mise en place des stratégies d’amélioration du manioc cultivé.
Posté le: 22 avril 2020